Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog orang-outan par : Pierre
  • : échecs
  • Contact

Profil

  • Pongo

Recherche

Archives

3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 15:06

173637_1089576960_378470896_q.jpg

 

 

Connaissez-vous la Nouvelle ?

C'est MARIE chez shortEdition :

 

http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/marie-1

 

 

@

Published by Pongo
commenter cet article
1 mai 2008 4 01 /05 /mai /2008 16:22

 

Je vous livre le texte déjà controversé d’A.N. sur Internet et la Loi. Il est particulièrement polémique et courageux, mais ne doit pas être lu rapidement comme un message sur un forum,

chaque paragraphe mène à une réflexion sur différents aspects de la Toile.

C’est Amélie qui m’assure de ne pas hésiter à le répandre sur Internet car, dit-elle, il y a particulièrement sa place.

 

Le fait que j’utilise un pseudo, dans ce cas, n’est pas important : je ne donne à lire que ce qu’elle a écrit.

Croyez-moi ou pas, j’en assume la responsabilité -toute relative-, elle a signé la lettre qu’elle m’a adressée…

Habeas corpus

  par Amélie Nothomb

 

Si la loi de 1679 fut une telle révolution dans l’histoire du droit anglais, je soupçonne que son intitulé frappant y contribua : « Habeas corpus ».C’est d’autant plus intrigant qu’à y réfléchir cette loi limitant l’arbitraire royal eût pu s’appeler de manière moins bizarre.

            Mais elle n’eût sans doute pas attiré l’attention des philosophes si elle avait porté un nom moins sublime.

            Les libertés individuelles ont bien des façons d’être menacées. Internet peut être une restriction des plus dangereuses de nos libertés modernes. L’illusion consisterait à croire que cette infinie zone de non-droit serait un vecteur d’émancipation. Seule la loi garantit la liberté.

            Le principal problème des immenses territoires encore non réglementés d’Internet est qu’il est presque impossible  d’y appliquer, sinon la loi elle-même, au moins le titre de cette loi. Il faudrait qu’un juriste de génie trouve une interface entre l’habeas corpus et la Toile.

            Le corps existe par l’écrit : cela s’appelle la signature. Signer un article, un texte, un message de son nom, c’est produire un corps comme garantie de ce que l’on écrit. On n’a pas le droit d’écrire n’importe quoi, pour ce motif que l’on porte un nom, et que ce nom représente notre corps.

            Sur Internet, le corps est le plus grand absent. Il n’y a pas de plus vertigineuse impunité potentielle que l’absence du corps. L’anonymat n’est rien d’autre que la représentation verbale de l’absence du corps. Tout texte courageux et juste comporte une signature. On en a vu récemment un contre-exemple sidérant sur le blog de l’un des plus sérieux magazines français d’information. Le moindre motif d’exécrer un tel procédé n’est pas qu’il nous force à éprouver de l’empathie pour sa victime.

            Il n’est pas question ici de la totalité d’Internet mais de l’univers des blogs et assimilés. En attendant que ce juriste ou cet internaute de génie trouve une solution, on ne peut rien faire d’autre que d’inciter les explorateurs d’Internet à la plus grande vigilance vis-à-vis de cet habeas corpus à l’échelle lexicale : la signature. Un message qui ne comporte pas de signature digne de ce nom doit être tenu pour inexistant.                                                                    

 

Paris, le 21/02/2008

 

 

 

Published by Pongo - dans texte
commenter cet article
27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 16:17

pour la défense du bonobo mailto:

pierre.giordano@hotmail.fr

 

pour les critiques de l'article mailto:

 

pierre.giordano@wanadoo.fr

 

 

sites qui me référencent:

 
 
 



Published by Giordano - dans orang-outan
commenter cet article
27 juillet 2006 4 27 /07 /juillet /2006 10:41

voici la partie en .pgn

[Event "jubilé 50 ajec"]

[Site "?"]

 

 

 

 

 

retrouvez cette partie sur les bases de données en ligne :

 

 

 

http://www.chessbase.com      (lien rompu)

http://www.chesslab.com

 

http://db.mychess.com/

 

 

 

ou téléchargez-la sur :

 

 

 

http://ajec-echecs.org

http://cap.connx.com   (lien rompu)

 

 

 à voir :

http://www.algonet.se/~marek/chesspag.htm

 et aussi :

 

Article consacré à l’ouverture Orang-outan sur Wikipedia

 

 

 http://fr.wikipedia.org

 

taper :  Sokolsky   dans la rubrique Recherche

 

ou suivre ce lien :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9but_Sokolski_ou_Orang-outang

 

 

 et  LE PORTAIL DES ECHECS,  vous connaissez ?

 

http://www.schackportalen.nu/Francais/ffranska.htm

 chercher dans "sites francophones" ou "théorie>ouvertures spécifiques".

 

 


  LE MOTEUR DE RECHERCHE DES BLOGS

 http://www.etoile-blog.com 

  CHESS LINKS !

http://www.chess-links.net   

chercher à "Pédagogie"

      

 

 

 

[Date "1987.??.??"]

 

[Round "?"]

 

[White "Holleville, Arnaud"]

 

[Black "Giordano, Pierre"]

 

 

 [ECO "A00"]

 

[PlyCount "88"]

 

[EventDate "1987.??.??"]

 

 

   1. b4  ouverture Orang-outan, Sokolsky, ou Polonaise...

 

 2.  e5 2. Bb2 Bxb4 3. f4 exf4 4. Bxg7 Qh4+ 5. g3 fxg3 6. Bg2 gxh2+ 7. Kf1 hxg1=Q+ 8. Kxg1 Qg3 9. Bxh8 h6 10. e3 Nc6 11. Qf3 Qg6 12. Qe4+ Be7 13. Qxg6 fxg6 14. Be4 g5 15. Bg6+ Kd8 16. Bf7 Nf6 17. Rxh6 Ng4 18. Rg6 d6 19. Rg8+ Kd7 20. Be8+ Ke6 21. Rg6+ Bf6 22. Bxf6 Nxf6 23. Bxc6 bxc6 24. Rxg5 Rb8 25. Rg7 Ne8 26. Rh7 Rb2 27. Na3 Bd7 28. d4 Nf6 29. Rh8 Be8 30. Rh6 Ke7 31. c4 Re2 32. Kf1  Rxe3 33. Re1 Rxe1+ 34. Kxe1 Bf7 35. Kd2 Nd7 36. Kc3 a5 37. Rh8 Be8 38. Nc2 c5 39. d5 Nb6 40. Ne3 Bd7 41. Rh4 c6 42. dxc6 Bxc6 43. Rh7+ Kd8 44. Ra7 a4 1/2-1/2

 

 

 

 

 

[EventType "corr"]

[Result "1/2-1/2"]

Published by Giordano - dans orang-outan
commenter cet article
26 juillet 2006 3 26 /07 /juillet /2006 22:45

 

                  L'OUVERTURE POLONAISE

Miles, Smyslov, Spassky, Larsen et quelques autres du même calibre ont joué ce début avec succès contre de forts adversaires.

Fischer himself l’a joué trois fois (en simultanée) en 1964, résultat  3-0, of course…

 

 

    

___

_________________________________

  LE GAMBIT KUCHARKOWSKI-MEYBOHM

 

A ce jour, aucun GMI n’a joué ce gambit… Serez-vous le premier ?

 

 

 

Published by Giordano - dans orang-outan
commenter cet article
26 juillet 2006 3 26 /07 /juillet /2006 21:54

OUVERTURE ORANG-OUTAN (ou  DEBUT SOKOLSKY  ou  OUVERTURE POLONAISE)

                     

                       Kucharkowski-Meybohm Gambit

  

 

 

UN PEU D’HISTOIRE

  

 

 

Xavier Tartacover a baptisé ainsi 1.b4 lors du tournoi de New-York 1924 après une visite au zoo où il a consulté au préalable un jeune orang-outang comme il le relate dans son livre « Tartacover vous parle » aux Editions Stock 1953, puis Payot 1992.

Pour les amateurs de précisions je signale que l’orthographe orang-outang est parfaitement valable, et qu’après avoir changé de nationalité le Grand Maître avait  francisé son nom ( Savely Tartakower). C’est sans doute en référence à ses origines que l’on parle souvent d’ouverture polonaise pour désigner ce début appelé auparavant Hunt et plus récemment Sokolsky.

 

 

 

EN REPONSE A : 1.b4 QUE PEUT-ON JOUER ?

  

 

 

1. …e5 !!

1. ...d5

1. …Cf6

1. …e6

1. …c6

 

 ce sont les plus fréquentes et les meilleures, on connaît aussi :

1. …c5 ?! qui est un gambit côté noir.

 

 Et les autres,

1. …g6

1. …b6 !?

1. …d6 !?

1. …f5 ?

1. …a5 ?

 

 NOUS ECARTERONS 2.b5 et 2.a3 !? POUR NOUS INTERESSER A LA SUITE :

  

 

 

1.      b4 e5 2.Fb2 qui propose l’échange du pion du cavalier dame blanc contre le pion du roi noir.

Il existe quelques répliques comme 2. …d6 ; 2. …f6 ou encore 2. …De7 ; 2. …Cf6 ; mais la réponse classique est : 2. …Fxb4 3.Fe5

à la place de 3.Fe5  les blancs peuvent jouer ici un audacieux double gambit :         3.f4 !?

  

 

 

ETUDIONS LE KUCHARKOVSKI-MEYBOHM GAMBIT :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            après 1.b4 e5 2.Fb2 Fxb4 3.f4...

   Timeo Danaos et dona ferentes... ( Virgile )

 

 

nous avons différentes réponses raisonnables et sûres : 3. …d6 ; 3. …Cc6 ;  ou même 3. …Cf6 voire 3. …Ch6.

 

 mais qu’il est difficile de refuser le don grec !

1.b4 e5 2.Fb2 Fb4 3.f4 exf4 ?!

   Voici l’histoire du terrible combat qui a opposé Arnaud Holleville à Pierre Giordano dans la phase préliminaire du Tournoi du Cinquantenaire de l’AJEC,

 

 

l’Association des Joueurs d’Echecs par Correspondance en 1986-1987.

Les commentaires d’époque, ont paru dans le n°360 de janvier 1988 du COURRIER DES ECHECS.

Les notes de Holleville sont signalées par (H), celles de Giordano par (G).

L’évolution de la théorie et l’apport de l’ordinateur ont permis d’offrir quelques précisions sur l’évaluation des positions, mais pour le moment c’est retour

vers le futur! voici le texte in extenso : 

 

 CINQUANTENAIRE A.J.E.C.  (C502)

             Début Sokolsky

 

 

 A.Holleville      Dr Giordano

 1.b4 e5

 Occupation immédiate du centre.Un des problèmes des blancs dans cette ouverture (H).

 2.Fb2 Fxb4

 Après 3.Fxe5, la fameuse variante de l’échange dans laquelle les experts se perdent pour savoir qui a l’avantage. Mais… (H).

 

 

 

 

 

 

 

 

3.f4 !

  L’encyclopédie des ouvertures ignore ce coup et ne donne que 3.Fxe5 (G). La seule suite que je connaisse est 3. …d6 4.e3 Cd7 5.Dg4 Cgf6 6.Dxg7 Tg8

 

 

7.Dh6 Tg6 8.Dh4 Tg4 9.Df2 exf4 10.exf4 De7+ 11.Rd1 De4 12.Ch3 Cd5 13.Fd3 Dxg2 14.Dxg2 Txg2 15.Fe4 Tg8 16.Fxd5 ± Papp-Erdelyi, Kecskemet

1979 (H).

3. …exf4 ?

 L’acceptation du Gambit me paraît aujourd’hui être un coup plus que douteux, une faute ; la contre-attaque violente des Noirs après 4.Fxg7 Dh4+ n’aboutit pas

 

 

et laisse les Blancs avec un avantage matériel ou positionnel. Correct est 3. …d6. On pouvait essayer aussi 3. …Cc6 ; 3. …d5 ; ou 3. …Cf6 (G).

4.Fxg7 Dh4+

 Ce coup naturel de la Dame ne me semble pas assez fort, avec le Pion comme seul soutien, pour inquiéter mon Roi (H).

 

 

5.g3

Coup forcé (H).

5. …fxg3

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Roi semble en danger, seul, sans le soutien de ses pièces. Et, pourtant… (H).

 

 

 

6.Fg2 !!

 Le meilleur, comme il a été joué dans la partie. Sur 6.Cf3 ? on aurait pu avoir la suite : 6. …g2+ 7.Cxh4 gxh1=D 8.Cf3 Fe7 9.Fxh8 Dxh2 ! 10.Fd4 Df4. Les

 

 

Noirs ont 2 Pions de plus et l’attaque (G).

6. …gxh2+

 Si 6. …Df4 7.Cf3 (H).

 

 

7.Rf1

 Coup forcé (H).

 

 

7. …hxg1=D+

  Il est rare de voir un Pion arriver à promotion en si peu de temps…surtout pour les noirs ! (H).

 

 

8.Rxg1 !

 Gagne un temps en attaquant la Dame noire (plutôt que 8.Txg1) (G). Si 8.Txg1 ?? Df4+ 9.Re1 Fe7 10.Ff3 Dh2 11.Rf1 Fh4 12.Fg2 Dg3 13.Fd4 (si 13.De1 Dg4+)

 

 

Df4+ 14.Ff3 Dxd4 suivi de Dxa1 et les blancs signent la feuille ! (H).

8. …Dg3

Un choix limité mais difficile, quelle est la meilleure place pour la Dame noire ? Les Noirs ont attaqué pendant sept coups… « L’espoir changea de camp, le combat

changea d’âme » . Ils vont maintenant être persécutés pendant plus de quarante coups, la contre-attaque blanche se développant de façon quasi naturelle (G).

J’aurais préféré 8.Dg4 car il empêche la sortie de la Dame blanche sur la diagonale d1-h5. On pouvait même l’essayer dès le 6è coup (H).

9.Fxh8

  Bilan : un Cavalier et deux Pions pour une Tour. Un Roi déroqué. Les deux ailes Roi fragiles. Mauvaise harmonisation des pièces blanches et manque de développement des pièces noires. Conclusion : une finale à jouer avec précaution ! (H).

 

 

9. …h6

 Ce coup naturel qui vise à défendre le Pion est en fait une erreur car il paralyse un peu plus le Cavalier. Mais que jouer d’autre ? (H).

 

 

10.e3

  Inutile d’aller jusqu’en e4. Bien que le Fou soit cloué sur sa case, il n’est pas à exclure une « promenade » de cette pièce (H).

 

 

10. …Cc6 ?

 10. …d6 paraît nettement préférable car il permet la sortie du Fou Dame noir (G).

 

 

11.Df3 Dg6 ?!

 Les Noirs pouvaient tenter la nulle grâce à 11. …De1+. Si les Blancs veulent à tout prix forcer le gain, ils se retrouvent vite dans une position inférieure :

 

 

11. …De1+ 12.Rh2 Dh4 13.Dh3 Fd6+ 14.Rg1 De1+ 15.Ff1 Dc1 16.Dg2 Cce7 17.c4 Fc5 18.Dg3 d6 etc. ( H).

12.De4+ Fe7

  C’est la fin de la journée ; la fleur se referme sur elle-même. L’échange des Dames était envisageable.

 

 

13.Dxg6 fxg6 14.Fe4 g5 15.Fg6+ Rd8 16.Ff7 Cf6 17.Txh6 Cg4 18.Tg6 d6 19.Tg8+

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Les Noirs sont au plus mal, leurs coups sont forcés, la fin semble proche (G).

19. …Rd7 20.Fe8+

 Pourquoi ne pas essayer de compliquer la tâche des noirs avec 20.Cc3 suivi de Tf1 ? (H).

 

 

20. …Re6 21.Tg6+ Ff6 22.Fxf6 Cxf6 23.Fxc6 bxc6 24.Txg5 Tb8 25.Tg7 Ce8 26.Th7 Tb2 27.Ca3 Fd7 28.d4 Cf6 29.Th8 Fe8 30.Th6 Re7 31.c4 Te2

  Les Blancs proposent la suite:

  32.Rf1 Txe3 33.Te1 Txe1 34.Rxe1

   Cet échange favorise les noirs à mon avis car les deux tours blanches étaient très fortes. Un des Pions était de toutes façons perdu. Par exemple après 32.Th3 Td2

 

 

 

 

 

 

33.Th8 Td3 34.Cc2 Tc3 35.Cb4 Txc4 (G).

 34. ...Ff7 35.Rd2 Cd7 36.Rc3 a5 37.Th8 Fe8 38.Cc2 c5 39.d5 Cb6 40.Ce3 Fd7 41.Th4 c6 42.dxc6 Fxc6

 Après ce dernier échange, la finale T+C+2P contre F+C+3P est certainement nulle, mais je n’ai rien trouvé d’exactement comparable dans mes recueils sur les fins

 

 

 

 

De partie (G).

43.Th7+ Rd8 44.Ta7 a4

 Et la nulle fut conclue quelques coups plus tard.

 

 

En conclusion, je dirais que cette ouverture très originale, complètement asymétrique, est un « double Gambit », les blancs sacrifiant 2 Pions dans les trois premiers coups, après lesquels on se retrouve déjà dans un milieu de partie. Cependant, accepter le deuxième Pion est à coup sûr une faute (G).

 

 En conclusion, je dirais qu’il y a là, matière à réflexion. Cette ouverture peut être pratiquée dans le jeu à la pendule dans le but avoué de pousser l’adversaire au Zeitnot ! (H).

 LES APPORTS DE LA THEORIE DEPUIS 1988…

  

 

 

I. L’OUVERTURE

  

 

 

Si on se borne à interroger ChessBase 9.0 , nous trouvons 14 parties semblables jusqu’au 8è coup Blanc, la plupart étant jouées à la pendule à des cadences non précisées. Les protagonistes sont parfois des Maîtres Internationaux comme Lapshun,Y , Muhren,B(wm) ou des Maîtres Fide comme Alber,H.

Si on utilise les bases de données en ligne comme ChessLab ou ChessBase On Line on obtient (toujours jusqu’à 8.Rxg1 inclus) plusieurs centaines de parties, la plupart jouées par correspondance ou par email.

Quelle serait la meilleure suite parmi celles qui ont été jouées : 8. …Fc5+ ; 8. …Dg5 ; 8. …Dg4, comme le préférait Holleville ou 8. …Dg3, comme l’a joué

Giordano ?

8. …Fc5+ rare, se révèle nettement en faveur des Blancs.

8. …Dg3  peu utilisé, se révèle aussi délicat pour les Noirs. Choix moyen de Giordano dans la partie, donc ?

8. …Dg4  plus fréquent, est suivi par une sensible égalité des victoires et des défaites. Bravo à Holleville pour son jugement !

8. …Dg5  très souvent joué se termine par le gain pour les Blancs dans plus de deux tiers des parties (les nulles sont peu nombreuses) : ce serait donc une continuation plus faible pour les Noirs. Mais la théorie évolue…

Après 9.Fxh8, on trouve :

9. …b6 ? plutôt tactique qui semble très dangereux pour les…Noirs si les Blancs ne gaffent pas comme dans le seul exemple de la database.

9. …Dg6 sur lequel 10.e3 s’avère souvent déterminant pour les Blancs qui développent leur Dame et leur jeu.

9. …d5    fatal après 10.Txh7 Ce7 11.Ff6 Cg6 12.e3.

9. …d6    après lequel 10.Txh7 Ce7, les Blancs n’ont que l’embarras du choix pour maintenir la pression par 11.Ff6 ; 11.Fb2 ; ou 11.Fc3.

9. …h6    joué dans la partie et logiquement critiqué par Holleville, qui s’avère inférieur dans les bases de données ( 2 nulles, 6 victoires pour les Blancs et 2 pour

les Noirs ).

Alors, la ligne 1.b4 e5 2.Fb2 Fxb4 3.f4 exf4 4.Fxg7 Dh4+ 5.g3 fxg3 6.Fg2 gxh2+ 7.Rf1 hxg1=D+ 8.Rxg1 Dxg3 Fxh8 est-elle en faveur des Blancs ? Oui, pour la Théorie !

 

 

 

II. LE MILIEU DE PARTIE

  

 

 

On peut pratiquement considérer qu’après le 8è coup il s’agit déjà d’une finale comme le laisse entendre Holleville dans son commentaire. L’essentiel de la phase tactique et combinatoire du milieu de jeu a eu lieu du 3è au 8è coup (où on a vu gambits, sacrifice de qualité,démolition du roque, défense de fer, échecs, échec à la découverte, clouage) cependant les quelques erreurs ou approximations qui ont suivi (parfois ponctuées de ? ou de ?!) valent peut-être une revue de détail car si les Blancs sont déroqués, les Noirs peuvent effectuer le grand roque et essayer de se mettre à l’abri.

Pour cela il ne faut pas être trop matérialiste voire inconséquent en essayant de conserver le Pion tour…qui va tomber, c’est sûr ! donc 9. …h6 est mauvais, la stratégie commande d’accélérer la sortie des pièces : aujourd’hui je choisirais 9. …d5 (un choix condamné par les bases de données sur les ouvertures comme on l’a vu ci-dessus, mais il me semble logique et offensif) qui ouvre la voie au Fou de cases blanches sans gêner le retour éventuel du Fou b4, avec l’idée de mobiliser le Cb8, de se donner une chance de roquer, de sortir le Cg8 enfin.

A 10. …Cc6 Holleville préfère 10. …d6. Cc6 ne me paraît pas si mauvais mais il est vrai qu’il va bien falloir rapidement pousser le Pion dame pour libérer le Fou,

alors 10. …d6 ou 10. …d5 ?

Après 11.Df3 Holleville indique que les Blancs pouvaient essayer d’annuler avec 11. …De1+. Ce coup excellent m’a échappé mais sur les trois réponses possibles ( 12.Df1 ; 12.Ff1 ; 12.Rh2) seul 12.Rh2 perd simplement l’avantage acquis après 12. …Dh4+. Si 12.Ff1 la Dame noire n’est pas emprisonnée…mais manque d’espace car elle n’a plus que 12. …Dc1 sur lequel pourrait suivre 13.De4+.

Les Blancs étaient gagnants me semble-t-il s’ils optaient après 20. …Re6 pour 21.Cc3 ! à la place de 21.Tg6+ car ils ne craignent plus rien après l’échange des Dames et peuvent mettre en jeu très vite la totalité de leurs pièces.

Dans la progression des Blancs il me semble que, pour des raisons différentes, les coups de Pion 28.d4 et 31.c4 affaiblissent la position et les Noirs dont c’était le but réussissent presque à construire une « forteresse » avec les faibles moyens qui leur restent.

 

 

 

III. LA FINALE

  

 

 

Nous considèrerons simplement la position finale de la partie où nous avons R+T+C+2P contre R+F+C+3P, donc 11 pièces…

 Blancs : Rc3, Tb7, Ce3, Pb2c4.   Noirs : Rd8, Fc6, Ce6, Pa4c5d6.

Les bases de données concernant les finales (Endgame tablebases de Kirill Kryukov par exemple) ne vont pas au-delà de 6 pièces et ne sont pas complètes. Elles

sont le fruit des travaux de chercheurs comme Thomson, Nalimov, Edwards.

Même si la position finale pouvait être simplifiée par l’échange des Cavaliers et de deux Pions, ce qui ne serait pas à l’avantage des Blancs qui n’auraient aucune raison de se diriger dans cette voie, on aurait encore R+T+P contre R+F+2P, soit 7 pièces.

Naturellement…si les Blancs, dans un élan de mansuétude, consentaient à l’échange d’un Pion il resterait sur l’échiquier R+T contre R+F+P soit 5 pièces, dans ce cas les tables de finales montrent que la quasi-totalité des positions, si on excepte celles où une pièce (ou un pion) est en prise, ou un mat en un coup se présente est

nulle.

Mais ici les bases de données sont superflues car les livres sur les finales et leur façon de traiter de telles positions existaient déjà bien avant cette partie :

par exemple « Les finales » de Alain Villeneuve en 1984 aux éditions Garnier où on trouve la remarque page 263 «En toute logique, le couple Fou + Pion n’aura aucune difficulté à annuler, sauf cas exceptionnel (Roi dans l’angle, fou dominé, etc…). »

 

 

 

LES APPORTS DE L’ORDINATEUR DEPUIS 1988…

 Aujourd’hui tous les joueurs d’échecs par correspondance s’aident des logiciels de jeu dont la force est ahurissante sur le plan tactique alors que l’amélioration

 

 

de leurs connaissances stratégiques est indéniable. Si je ne me trompe voilà de nombreuses années qu’aucun super Grand Maître ( + de 2700 Elo) tels Bacrot, Bareev, Anand, Kramnik ou Kasparov n’a pu vaincre un programme de haut niveau comme Junior, Hiarcs, Fritz, Rebel ou Shredder à la pendule en conditions de match.

Il en va autrement dans le jeu par correspondance ou par email comme l’a démontré Christophe Léotard (le 19è Champion du Monde !) en battant Hiarcs et Chess Tiger nettement il y a quelques années, mais je ne sais s’il se servait d’un logiciel pour vérifier la correction des variantes sur le plan tactique, mais aujourd’hui la plupart des pratiquants de haut niveau du JPC le font. Christophe Léotard estimait à l’époque à 2100 Elo la force des meilleurs programmes dans le JPC. Plus récemment en 2005 le GMI par correspondance Arno Nickel ( Elo 2590) n’a pas été à la fête contre Deep Fritz, Hiarcs et Hydra.

La force de jeu de l’ordinateur d’aujourd’hui facilite l’analyse des positions et combinaisons qui se présentent sur l’échiquier : examinons notre partie à la lumière

de Shredder, Rybka ou Fruit/Toga en nous limitant à 3’ de réflexion par coup ce qui peut paraître court mais autorise déjà une recherche de l’ordre de  16 ½ coups dans le milieu de jeu.

Après 8.Rxg1 que préfèrent nos logiciels et comment estiment-ils la position ?

Shredder propose 8. …Dg3 comme dans la partie, Rybka et Toga 8. …Dg5 comme recommandé par Holleville, tous trois avec déjà un petit avantage Blanc, donc…pas de nouveauté théorique.

A la suite de 9.Fxh8, Shredder hésite entre 9. …d5 et 9. …Ce7 avec un petit avantage, Toga essaye 9. …Dg6 et juge de même la situation, Rybka donne 9. …Ce7 avec un avantage net (±).  9. …h6 est sérieusement critiqué.

A 10.e3 les logiciels préfèrent nettement jouer 10.Cc3 d’abord avec la même idée de développement 11.e3, ou Th3 avec des intentions tactiques : agresser la Dame noire.

10. …Cc6 ? Shredder confirme, Rybka préfère 10. …d6 comme je le proposais dans les commentaires, et Toga 10. …d5, (± pour tous).

Sur 11.Df3 Shredder écarte 11. …Dg6 et choisit le coup tactique 11. …De1+, Rybka et Toga également avec l’intention de croquer le Pion d2 après 12.Df1 (±).

Après 12.De4+, 12. …Fe7 est sévèrement tancé par nos trois compères car ce coup perd maintenant à coup sûr un pion (h6). Rybka donne même un avantage gagnant ( + ­ ).

Après 16.Ff7, les programmes sont unanimes pour donner un gros point d’interrogation à 16. …Cf6 (lui préférant 16. …Ff6) car cette fois le Pion est offert et la position est estimée gagnante pour les Blancs avec un avantage d’environ +3.00 .

Sur 20. …Re6 les Blancs ne doivent pas oublier de se développer, ce dont les programmes se rendent compte en donnant 21.Cc3 avec un avantage équivalent à celui d’une pièce mineure. Après 21.Tg6+ l’évaluation chute de la valeur d’un pion et va se maintenir ainsi jusqu’à 27. …Fd7.

A ce moment Holleville joue 28.d4 mais les programmes n’envisagent jamais ce coup, préférant mobiliser le Roi et harmoniser le jeu de leurs Tours ( Shredder opte pour 20.Rf2 ) ou se lancent à l’assaut avec 20.e4 ( Rybka, Toga ). Si l’avantage demeure important il se réduit à environ +1.75 et va se stabiliser jusqu’au 31è coup.

31.c4 joué par Holleville déplaît au trio de softs qui évaluent la situation au simple avantage de la qualité (+1.25) les Blancs perdant le Pion d3, et préfèrent tous 31.Tf1.

La situation évolue peu jusqu’à la fin de la partie (44. …a4) où cependant les trois logiciels voient encore les Blancs gagnants : ils proposent 45.Cf5 ( Shredder, +1.50, +- / Toga, +1.25, ±, raisonnable / Rybka, +2.50, +-, optimiste ).

Donc, pour les programmes la partie n’était pas terminée !

 

 

 

           

 

 

 

CONCLUSIONS

  Une partie animée et pleine de rebondissements, ne trouvez-vous pas ?

 

 

L’idée du début joué par les Blancs, le double gambit, atteint pleinement son but : les Blancs offrent le Pion b4 puis le Pion f4  et les Noirs les croquent avec gourmandise, ne s’apercevant pas que 6 coups (ou 12 ½ coups) plus tard ils auront du mal à les digérer…Le premier plan des Noirs ne reposait que sur des schémas tactiques en voyant que les Blancs n’avaient souvent qu’un seul coup à leur disposition pour ne pas sombrer, mais ils ont tout trouvé ! Le second plan des Noirs se résolvait alors piteusement à résister en essayant de construire une position inexpugnable afin…de ne pas perdre.

 

 

 

Mais, me direz-vous, d’où vient le nom de ce double gambit ? C’est semble-t-il Tim Harding, le joueur irlandais auteur de nombreux ouvrages sur les débuts de partie, qui l’a appelé ainsi ( Kucharkowski-Meybohm Gambit où plus simplement KMG ) à la suite de nombreuses parties qu’ils ont jouées (correspondance et email) dans les années 90. Après 1.b4 e5 2.Fb2 Fxb4 3.f4 !? Harding préfère Shakespeare à Virgile et cite « Cry havoc and let slip the dogs of war ».

  

Published by Giordano - dans orang-outan
commenter cet article
26 juillet 2006 3 26 /07 /juillet /2006 21:34

 

 

 THE MYSTIC GAMBLER

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 







     







______________________________________________________________________________________

Published by Giordano - dans orang-outan
commenter cet article

Pages

Catégories

Liens